Clan of Xymox « Medusa »

FolderMedusa est un de ces petits bijoux atmosphériques dont le label culte 4AD nous a gratifiés tout au long des années 80. Après un premier album éponyme prometteur, Clan of Xymox poussent leur crossover darkwave/synthpop plus loin dans la noirceur, avec des atmosphères plus fouillées, des mélodies plus sophistiquées et une production plus maîtrisée. Ronny Moorings chante mieux aussi : une voix plus mélancolique et moins marquée par les clichés et tics new wave à la Robert Smith ou Dave Gahan même si l’influence est toujours là. Medusa est un album au romantisme sombre et désespéré, un peu dans la veine de ce qu’avait fait Depeche Mode avec Black Celebration. Une musique à la fois planante et vigoureuse, rêveuse et cérémoniale, faite de paysages sonores froids et pénétrants, de rythmiques plombées à la boîte à rythme eighties, de guitares triturées et parcimonieuses, de voix tristes et lointaines. Des arpèges classieux et complexes aux plus simples et accessibles mélodies synthpop, tout est bien écrit, structuré et emballé, dans un rendu sonore clair et cristallin. Ce qui est d’ailleurs une prouesse au vu de l’écrasante présence des synthés, bien dans l’air du temps (l’album sort en 1986), qui aurait pu donner à l’ensemble ce rendu kitsch et bricolo, cette aura Bontempi d’occasion qui fait que pas mal de productions musicales de l’époque ont mal vieilli (réécouter certains New Order pour s’en convaincre). Il n’en est rien ici. Medusa est une rêverie gothique qui vous prend aux tripes du début à la fin.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s